mardi 20 septembre 2016

Ifora contre Imghad, Peul contre Bambara et contre Dogon, le Mali sombre…

Un an après les « accords d’Alger » qui devaient acter la réconciliation entre les belligérants maliens, un peu plus de trois ans après des élections qui devaient faire couler le lait et le miel du consensus démocratique, le Mali est plus que jamais à la veille d’exploser. Or, ce n’est pas une guerre de religion qui le menace, l’islamisme n’y étant que la surinfection d’une plaie ethnique, mais un conflit ethno-racial sur lequel les trafiquants de toutes sortes ainsi que les islamistes se greffent avec opportunisme.

La suite de cette analyse est réservée aux abonnés à l'Afrique Réelle. Pour la recevoir par courriel, vous devez être abonné.

jeudi 15 septembre 2016

Libye : le général Haftar met en échec le plan de l’ONU et de l’UE

Le 11 septembre 2016, après une offensive aussi soudaine qu’inattendue, l’ANL (Armée nationale libyenne) basée en Cyrénaïque et commandée par le général Haftar, l’ennemi des Frères musulmans de Misrata et des islamistes de Tripoli, a pris le contrôle du « croissant pétrolier » libyen et des ports terminaux de Sidra et de Ras Lanouf. Cette victoire met à mal le plan de l’ONU soutenu par l’UE, qui était de refaire l’unité de la Libye à travers le gouvernement El Sarraj appuyé sur les Frères musulmans de Misrata et sur les islamistes de Tripoli.
Comme de leur côté, les milices de Misrata ont pris Syrte à Daech[1], il n’y a donc plus de tampon entre les forces du général Haftar et celles de Misrata. Dans ces conditions, la guerre Misrata-Haftar est-elle inévitable[2] ?

La suite de cette analyse est réservée aux abonnés à l'Afrique Réelle. Pour la recevoir par courriel, vous devez être abonné.
Pour vous abonner, cliquer ici

[1] Il y avait entre 1500 et 2000 combattants de Daech à Syrte or, seuls 450 ont été tués ou faits prisonniers. Où sont passés les autres ?
[2] Pour tout ce qui concerne la question libyenne, voir mon livre Histoire de la Libye des origines à nos jours. Pour le commander, cliquer ici

lundi 5 septembre 2016

L'Afrique Réelle N°81 - Septembre 2016

Sommaire

Actualité :
- Ethiopie : le retour du balancier ethnique
- Afrique du Nord-Sahel : quand le temps long donne la clé de lecture des conflits actuels

Dossier : L’Afrique du Sud après les élections municipales
- Résultats du scrutin municipal du 3 août 2016
- Analyse des résultats
- Les fractures de l’ANC
- La crise économique


Editorial de Bernard Lugan : 
Les Africains ne votent pas comme les habitués du Café de Flore

Les journalistes français n’ont cessé d’écrire et de dire qu’au Gabon, le « méchant » était le président sortant Ali Bongo et le « gentil », Jean Ping son challenger. Le « méchant » l’ayant emporté sur le « gentil », et comme les Gabonais n’ont évidemment pas voté pour un dictateur, c’est donc que ce dernier a bourré les urnes. Hypothèse probable. Mais qui peut assurer qu'il n'en fut pas de même chez son concurrent, hormis le fait que les opposants au président Bongo sont par définition de vrais démocrates et leur leader, Jean Ping, l’incarnation du renouveau politique et de la moralité face à un despote corrompu ? 
Abandonnant toute distanciation, les médias français n’ont pas dit, ou alors du bout des lèvres, que Jean Ping, ce « chevalier blanc », un homme de 74 ans, était un pur produit de la machine Bongo. Ami du parti socialiste français, ce profiteur du régime qu’il dénonce aujourd’hui, fut en effet ministre d’Omar Bongo durant 18 ans, de 1990 à 2008. Il a bénéficié de toutes ses « largesses ». D’autant plus qu’il fut le mari de sa richissime fille, Pascaline Bongo, avec laquelle il a eu 2 enfants.

Que l’on ne se méprenne pas. Je ne prends pas ici position dans l’affaire gabonaise. et encore moins dans ses magouilles électorales. Je me contente, à l’occasion de ce nouvel échec de la greffe démocratique en Afrique, de dénoncer l’arrogance et l’aveuglement de la caste médiatico-politique française. 
Le plus grave est que les leçons de l’histoire ne l'éclairent pas. Deux exemples. 
- Au mois de mars 2016, à l’occasion des élections au Bénin, les perroquets de presse avaient les « yeux de Chimène » pour M. Lionel Zinzou, véritable clone des élites parisiennes. Or, soutenu jusqu’à l’indécence par les médias français, ce proche de Laurent Fabius moulé dans la pensée unique a été battu par Patrice Talon, un self made man local. 
- Au Congo Brazzaville, également au mois de mars dernier, le président sortant, le Mbochi Denis Sassou N’Guesso, avait face à lui le Kongo Guy-Brice Parfait Kolelas, fils de son ancien adversaire Bernard Kolelas. Dans cette répétition électorale de l’atroce guerre civile de la fin des années 1990, les médias français ont outrageusement pris le parti de M. Kolelas. Ce faisant, au lieu d’éteindre les braises d’un conflit toujours prêt à se rallumer, ils ont joué au contraire aux pyromanes.

Depuis bientôt quatre décennies, je soutiens que la démocratie empêche l’Afrique de démarrer. Elle y entretient en effet le désordre en y ranimant à chaque échéance électorale, les affres de l’ethno-tribalisme. Partout sur le continent, la démocratie a abouti, au « mieux » à la gabegie, au pire à l’anarchie ou à des massacres. Même à un génocide, comme au Rwanda. 
L’ethno-mathématique électorale explique l’échec de la greffe démocratique car il y a incompatibilité entre le greffon et le porte-greffe. Pour une raison simple qui est que le vote africain étant communautaire, les plus nombreux l’emporteront toujours sur les moins nombreux. Le remède existe pourtant et il a un nom : le vote de groupe. Mais pour cela, le vote individuel, ce sacro-saint « one man, one vote » doit être abandonné. Un rêve en ces temps de triomphe des idéologies universalistes.

mercredi 31 août 2016

Gabon : les deux crocodiles et le marigot

Vaste de 267 000 km2, le Gabon est peuplé par moins de deux millions d’habitants divisés en une multitude de tribus qu’il est possible de rattacher à huit principaux groupes linguistiques eux-mêmes subdivisés tout en étant régulièrement entrecroisés. Il s’agit  des Fang  32%, des Mpongwe 15%, des Mbédé 14%, des Myéné 10%, des Shira-Punu 12%, des Kota, des Tsogo, des Njabi et des Bété qui totalisent environ 90% de la population du pays.
Ce désert humain recèle des richesses pétrolières. Depuis 1967, elles profitent au clan présidentiel gravitant autour de la famille Bongo, d’origine téké (Batéké), une des plus petites ethnies du pays.

Lors des élections présidentielles du 27 août dernier, le président sortant, Ali Bongo Ondimba né en 1959 et qui avait succédé à son père en 2009, avait face à lui Jean Ping Okoka, né en 1942.
Ce dernier, ancien haut fonctionnaire de l’ONU et de l’Union africaine est de père chinois et de mère Nkomi-Myéné de la région de Lambaréné. C’est un vieux cheval de retour pur produit du clan Bongo puisqu’il fut ministre d’Omar Bongo durant 18 ans, de 1990 à 2008, tout en étant le compagnon de sa fille Pascaline Bongo avec laquelle il eut 2 enfants. Or, paradoxalement, toute sa campagne qui fut d’une grande violence de ton et d’une rare vulgarité, fut orientée sur deux thèmes :

- La dénonciation du clan qu’il a si longtemps servi et grâce auquel il a bâti sa fortune.
- L’accusation portée contre  Ali Bongo Ondimba  de n’être pas le fils de son père, ni même d’être d‘origine gabonaise. Qu’un fils de Chinois accuse le président sortant d’être étranger prêterait à rire si les thèmes de la campagne étaient oubliés au lendemain du scrutin ; or, il est à craindre que tel ne soit pas le cas…

Les principaux soutiens de Jean Ping étaient des caciques du clan Bongo qui, sentant le vent tourner, avaient décidé de trahir celui auquel ils devaient tout. Ainsi l’ancien Premier ministre fang, Casimir Oyé Mba. Comme à cet apport ethnique déterminant, s’est ajouté celui des Myéné, le candidat du « renouveau » et de la « rupture » était donc assuré d’obtenir au minimum  40% des suffrages.

Les résultats du scrutin étant contestés, force est donc de constater que l’impératif démocratique vient donc de déstabiliser un nouveau pays d’Afrique.

Bernard Lugan
31/08/2016

vendredi 5 août 2016

Elections en Afrique du Sud : derrière la médiocrité des commentaires, la réalité du terrain

En France, les commentaires des élections sud-africaines sont à la fois affligeants de médiocrité et en total décalage avec la réalité. Avec leur habituel psittacisme, les médias français parlent ainsi d’un échec de l’ANC alors que nous observons au contraire une stabilité du corps électoral[1]. Cinq remarques :

1) Comparons ce qui est comparable en nous tenant aux seules élections municipales. Lors du scrutin de 2011, l’ANC  avait obtenu 61,95% des suffrages. Le 3 août 2016, 54,30% des électeurs lui ont donné leurs voix. Le recul est donc de 6 à 7 points. Il est cependant loin des annonces d’effondrement pronostiquées par les « experts ». Non seulement le parti est encore largement dominant, mais dans les provinces rurales, il réalise des scores très élevés, ainsi, dans le Mpumalanga (68,34% des voix), dans le Limpopo (68,73%) et dans l’Eastern Cap (65,37%).

2) Les points perdus par l’ANC au plan national se retrouvent dans un parti qui n’existait pas en 2011. Il s’agit de l’EFF (Economic Freedom Fighters) de Julius Malema qui a obtenu 7,96% des voix. Cette dissidence gauchiste de l’ANC a pour programme la confiscation sans indemnisation des terres appartenant aux Blancs, la nationalisation des mines et des banques. Le recul relatif de l’ANC n’est donc pas la preuve d’un virage « à droite » de l’Afrique du Sud.

3) En dépit d’une consolidation dans sa base ethno-électorale du Western Cape où elle a obtenu 63.55% des voix, et d’une victoire spectaculaire à Port Elizabeth[2], vieux bastion ANC, la DA (Democratic Alliance), ne réalise pas la percée annoncée. Elle passe en effet de 23,94% des voix en 2011 à 26,57%, soit un gain d’un peu plus de deux points. En mettant à sa tête un Noir originaire de Soweto, ce parti blanc, métis et indien espérait mordre sur l’électorat urbain noir déçu par les promesses non tenues par l’ANC. Or, sa progression s’est faite à la marge. La DA reste donc le parti des minorités raciales.

4) Une fois de plus, le principal enseignement de ce vote est l’extrême racialisation de la société sud-africaine. L’étude circonscription par circonscription, montre en effet que les Noirs ont voté pour des partis noirs, alors que les Blancs, les Métis du Cap et les Asiatiques ont donné leurs suffrages à la DA. Ainsi :

- Les Noirs totalisent environ 80% de la population sud-africaine, or, si nous additionnons les voix de l’ANC (54,30%), de l’EFF (7,96%), de l’Inkhata (4,55%) et celles obtenues par une multitude de petits partis noirs locaux (6,78%), nous obtenons  quasiment 74% des voix.

- Les Blancs (9%), les Métis du Cap (10%) et les Asiatiques (2%) totalisent environ 20% des électeurs. Avec 26,57% des votes, la DA n’a donc attiré à elle qu’une fraction minoritaire de l’électorat noir urbain. Ces citadins noirs qui ont voté DA appartiennent à deux catégories, la première est celle d’une  frange de « bourgeois » ayant fait un vote d’adhésion ; la seconde, la plus importante est celle de Noirs rejetant la gestion ANC comme à Port-Elizabeth où le vote DA est l’expression du rejet d’une administration ANC particulièrement corrompue et inefficace.

5) Le plus important est que, en dépit d’un recul in fine relatif, la position de Jacob Zuma est fragilisée, ce qui va déboucher sur une féroce guerre de clans à l’intérieur de l’ANC. Avec en ligne de mire le congrès de 2017 qui verra la désignation du prochain candidat de l’ANC aux élections générales de 2019.

Bernard Lugan
05/08/2016

[1] Une étude détaillée et cartographiée de ces élections sera faite dans le numéro du mois de septembre de l’Afrique Réelle.
[2] La DA n’y étant cependant pas majoritaire, elle devra former une coalition.

mardi 2 août 2016

L'Afrique Réelle N°80 - Août 2016

SOMMAIRE

Actualité :
Afrique du Sud : la «nation arc-en- ciel » entre naufrage économique, fractures raciales et implosion politique

Dossier : Quand le monde peul s’éveillera, le Sahel s’embrasera
- Qui sont Les Peul ?
- Mali : après l’Azawad, le Macina ?
- Peul, Bambara et Dogon : des conflits séculaires

Idées :
Charles Maurras et la colonisation


Editorial de Bernard Lugan

Deux politiques s’opposent en Libye[1] :

1) Celle de l’Union européenne, de la communauté internationale, du Qatar et de la Turquie repose sur l’illusion d’une réconciliation nationale à travers la fiction d’une Libye unifiée autour du Gouvernement libyen d’Unité nationale (le GLUN).
Installé à Tripoli, ce dernier est dominé par les Frères musulmans de Misrata et par les islamistes de diverses obédiences, dont les salafistes (voir mon communiqué daté du 25 juillet 2016).

2) De leur côté, en Cyrénaïque, l’Egypte, les Emirats arabes unis et l’Arabie saoudite aident le général Haftar à combattre les islamistes. Or, tout renforcement du général, donc de l’identité cyrénénne, va à l’encontre de la politique visant, à travers le GLUN, à remettre la Libye unie aux Frères musulmans et aux islamistes de Misrata et de Tripoli.

Quant à la France, elle a soutenu la création du GLUN mais, en même temps, elle aide militairement le général Haftar. Le GLUN l’accuse donc de « violer » son territoire national quand l’UE et l’ONU lui reprochent d’affaiblir ce même GLUN.

Paris qui a, pour une fois, fait un bon choix, doit donc garder le cap et demeurer ferme face aux pressions internationales car, tout ce qui affaiblirait le général Haftar favoriserait les salafistes et les Frères musulmans.

*

Au Mali, la septicémie islamiste gagne le centre et le sud du pays. Ici, et je l’ai maintes fois expliqué, la religion est d'abord la surinfection d’anciennes plaies ethniques remontant à la période pré-coloniale[2].
Les beaux esprits persistent à dire que nous sommes uniquement face à un conflit politique… Certes, mais en l’occurrence le politique est ici à base ethnique... Or, ce qu’ils refusent obstinément de voir, c’est que la multiplicité et l’enchevêtrement des ethnies interdit toute solution démocratique. Le vote étant ethnique, les plus nombreux l’emporteront en effet toujours électoralement sur les moins nombreux.  C'est ce que j'ai baptisé du nom d'ethno-mathématique électorale.

A moins que, comme les Britanniques l’avaient primitivement pensé pour le Nigeria, il soit possible de définir un fédéralisme ethnique construit sur plusieurs grandes zones d’influence autour des ethnies régionalement dominantes. Dans un Mali qui conserverait ses frontières, mais qui deviendrait un véritable Etat ethno-fédéral, la région de Kidal serait ainsi confiée aux Touareg, celle de l’ouest de l’Azawad jusqu’à Tombouctou aux Arabes (Kunta), celle de Gao et de la Boucle aux Songhay et alliés, celle de Bamako aux Bambara et alliés, celle de Mopti aux Peul et celle de Bandiagara aux Dogon. La mosaïque ethnique ne serait  certes que partiellement calquée sur ces ensembles, mais existe-t-il une autre solution ?

[1] Pour tout ce qui concerne la question libyenne, voir mon livre Histoire de la Libye des origines à nos jours.
[2] Nous le montrons dans ce numéro de l’Afrique Réelle dont le dossier central a pour titre « Quand le monde peul s’éveillera, le Sahel s’embrasera ».

lundi 25 juillet 2016

Libye : le grand écart de la réalpolitique française face à la diplomatie idéologique de l’Union européenne

Le 17 juillet, près de Benghazi, la mort en service commandé de trois militaires français engagés dans une opération d’instruction-conseil auprès des forces du général Haftar démontre qu’en Libye et dans la sous-région, les intérêts de la France ne sont pas ceux de l’Union européenne[1]. Cette dernière est arc-boutée sur l’illusion d’une réconciliation nationale autour du Gouvernement libyen d’Unité nationale (le GLUN) installé en Tripolitaine. Tout au contraire, en Cyrénaïque, Paris aide le général Haftar à combattre les islamistes alliés aux vrais maîtres de ce même GLUN. La réalpolitique reposant sur les intérêts diplomatiques séculaires de la France est donc en contradiction avec les postures idéologiques de l’ectoplasme bruxellois. Entre son soutien officiel au GLUN et son appui militaire au général Haftar, la France pratique donc le grand écart. Le résultat de cette position inconfortable est que le GLUN l’accuse de « violer » son territoire national quand l’UE lui reproche d’affaiblir ce même GLUN en engageant ses forces aux côtés du général Haftar[2]. Explication :

La suite de cette analyse est réservée aux abonnés à l'Afrique Réelle. Pour la recevoir par courriel, vous devez être abonné.

[1] L’intervention française devant être « discrète », c’est à bord d’hélicoptères libyens que nos militaires agissent alors qu’ils disposent d’appareils français fiables et équipés de contre-mesures.
[2] Pour tout ce qui concerne la question libyenne, voir mon livre Histoire de la Libye des origines à nos jours
Pour le commander, cliquer ici